Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • CAP MONDE TOUAREGS

CAP MONDE TOUAREGS

CAC Vendredi 13 décembre 20h30 Tarif 9€ et 6€ CAP MONDE     TOUAREGS, Rencontres aux portes du désert…  Film HD, documentaire et débat de Jean-Pierre VALENTIN Jean-Pierre Valentin arpente le Sahara depuis trente ans. A l’âge de vingt ans, inspiré par ses lectures de Frison-Roche et de Saint-Exupéry, il traverse l’Afrique de l’Ouest à pied […]

CAC Vendredi 13 décembre 20h30 Tarif 9€ et 6€

CAP MONDE     TOUAREGS, Rencontres aux portes du désert…

 Film HD, documentaire et débat de

Jean-Pierre VALENTIN

Jean-Pierre Valentin arpente le Sahara depuis trente ans. A l’âge de vingt ans, inspiré par ses lectures de Frison-Roche et de Saint-Exupéry, il traverse l’Afrique de l’Ouest à pied de Dakar au lac Tchad. Documentariste, photographe, écrivain-voyageur, il témoigne depuis ses premiers itinéraires sahariens de la pertinence du mode de vie nomade, de l’incroyable adaptation des éleveurs à ces milieux arides. Pour Cap Monde, il a en particulier réalisé Sahara, Sur la route des caravanes à la rencontre des chameliers touaregs et toubous et Niger, Du fleuve aux savanes dans les pas de Kabo Ana, un parcours intimiste au cœur du monde des bouviers wodaabe.

 Aujourd’hui, l’espace saharien est bouleversé par l’instabilité climatique et politique, et la présence depuis quelques années en ces terres isolées de groupuscules liés à Al-Qaïda (AQMI) aggrave encore une situation complexe.

Que sont les Touaregs devenus ? Ces hommes voilés ont fasciné les officiers de l’armée coloniale avant de subjuguer les visiteurs du Sahara : Jean-Pierre Valentin, fort de son expérience et de ses relations, donne ici la parole aux acteurs touaregs d’un quotidien en mutation. La vie des éleveurs et des caravaniers hauturiers est contemporaine, mais la société touarègue évolue et les rébellions des années passées ont accentué ces changements plus ou moins nets selon les groupes et les territoires.

Avec la révolte est arrivée une poésie de la résistance qui a donné naissance à des mouvements musicaux forts et mondialement reconnus. La guitare électrique complète les plaintes du violon monocorde traditionnel, pour élaborer un blues du désert évocateur. Des groupes comme TINARIWEN et son emblématique chanteur Ibrahim ag Alhabib, TOUMAST ou KEL ASSOUF, se sont imposés et leurs leaders ont porté loin la parole du Sahara… Les écouter donne à penser, à réfléchir, sur la justesse d’un encrage territorial fort ; des racines qui n’empêchent aucunement la résonnance universelle de leurs refrains.

Halimata Ixa Graille est mannequin et actrice : top modèle touarègue, elle illumine les podiums et les campagnes publicitaires de marques prestigieuses. Aussi à l’aise en talons-hauts qu’en sandales de cuir, sa vision du monde, décalée entre Paris, New-York et le Sahara, nous interpelle. A Paris ou à Agadez au Niger, la styliste Katherine Pradeau travaille pour ses collections admirables avec des artisanes touarègues. Le savoir-faire ancestral des forgerons du désert atteint un tel état de pureté qu’il devient indispensable à certains créateurs pour alimenter et pimenter la haute-couture. Les artisans touaregs, groupe ethnique particulier, parcourent le monde et installent leur forge au cœur des salons réputés !

L’univers artistique est en ébullition, mais dans le désert, aux confins des terres arides, des nomades guident leurs bêtes et leurs caravanes : que savent-ils du monde ? Ils avancent sur la carapace de la Terre, les soubresauts de celle-ci les concernent-ils ?

L’auteur retrouve ses amis éleveurs et nous entendons avec lui leurs paroles puissantes.

En 2012, au Mali, les armes grondent à nouveau… Hama ag Sid’Ahmed, le porte parole du Mouvement national pour la libération de l’AZAWAD, expose les raisons de leur lutte et la position nette des Touaregs opposés aux bases islamistes installées dans leur région. Ces paroles politiques, ajoutées aux avis parfois contrastés des notables touaregs, des universitaires, aident à décortiquer un univers complexe et passionnant, au cœur d’une lutte qui nous concerne, pour la tolérance et la liberté.

Car, pour reprendre la question lancinante d’une femme touarègue : « De quoi sera faite l’humanité quand il n’y aura plus d’homme nomade pour marcher ? »