Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • Chorale Semiac en Bigorra

Chorale Semiac en Bigorra

Présentation du CD CAC Samedi 10 décembre 20h30 Lors de leur séjour en Slovaquie, dans le cadre d’un échange interculturel, les chanteurs de Semiac en Bigorra avaient officiellement remis à Mme Jana Val’Ova, maire de la ville d’Humenné et membre du Parlement slovaque, un message et des présents de son homologue de Séméac, Mme Isson. En retour, […]

Présentation du CD

CAC Samedi 10 décembre 20h30

Lors de leur séjour en Slovaquie, dans le cadre d’un échange interculturel, les chanteurs de Semiac en Bigorra avaient officiellement remis à Mme Jana Val’Ova, maire de la ville d’Humenné et membre du Parlement slovaque, un message et des présents de son homologue de Séméac, Mme Isson. En retour, Mme Val’Ova a chargé les chanteurs de remettre à Mme Isson un livre qui illustre l’histoire et l’activité économique et culturelle d’Humenné. Yves Dulout et les membres de la chorale ont remis ce présent à Mme le maire. Ils ont pu témoigner de la qualité et de l’authenticité de l’accueil qu’ils ont reçu en Slovaquie.

Depuis leur retour, les chanteurs peaufinent la réalisation d’un nouveau CD. Ils ont mis tout leur cœur et leurs voix dans cette création qui est avant tout un hymne à la langue occitane. « Nous y avons mis ce que nous sommes, parce qu’on chante comme on est », disent les chanteurs, qui poursuivent, un rien cabot, « mais attention, nous ne concourons pas pour les gosiers d’or ! ».

De fait, chez les chanteurs de Séméac, nul besoin de partitions ni d’une technique vocale académique qui ferait référence, foin de chef d’orchestre ou de grand vizir ! Seule la vérité des voix, le chant spontané, le demi-cercle, ouvert et prêt à accueillir d’autres voix qui vont se fondre dans une harmonie commune.

Mais ce CD représente aussi et surtout une histoire d’amitié, peut-être pas celle des amis choisis par Montaigne et La Boétie, mais une histoire de copains qui se chamaillent et s’apprécient. Alors, entre les « érudits », les « non, pas celle-là », les « canards historiques » et les « perdreaux de l’année », le choix des chansons fut l’occasion d’empoignades fraternelles. Cependant, une fois le demi-cercle formé, on croit dans ce que l’on fait, on donne le meilleur de soi-même au service du groupe. C’est une démarche artistique authentique, dans laquelle les chanteurs transmettent un patrimoine vivant que l’on nomme dans les milieux autorisés le « chant polyphonique pyrénéen ».