Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • FESTIVAL CONTES EN HIVER DE LA FOL LES DARWICHE CONTEURS

FESTIVAL CONTES EN HIVER DE LA FOL LES DARWICHE CONTEURS

Trois voix mais une passion commune, le verbe. Jihad, Layla et Najoua Darwiche nous entraînent dans des histoires transmises de génération en génération, celles-là même qui nous poussent à ouvrir notre coeur et à croire en l’humanité. Une parole envoûtante et authentique, sans frontières. Un spectacle singulier où complicité et tradition résonnent à l’unisson. Intemporel […]

Trois voix mais une passion commune, le verbe.
Jihad, Layla et Najoua Darwiche nous entraînent dans des histoires transmises de génération en génération, celles-là même qui nous poussent à ouvrir notre coeur et à croire en l’humanité. Une parole envoûtante et authentique, sans frontières. Un spectacle singulier où complicité et tradition résonnent à l’unisson. Intemporel !

Les conteurs

Jihad Darwiche

Jihad Darwiche est né en 1951 à Marwaniyé, un petit village du Sud-Liban. Son enfance a été bercée par les contes, la poésie et les récits traditionnels de l’Orient que racontaient sa mère et les femmes du quartier.En 1961, il habite la vieille ville de Saïda, où la tradition du conte est encore vivace. Dans les ruelles étroites, les voisins passent leurs matinées à discuter d’une fenêtre à l’autre et à se raconter les rêves de la nuit (de vrais contes de fées) en buvant le café à la cardamome…

Après avoir étudié successivement à Beyrouth puis à Montpellier, Jihad devient journaliste, métier qu’il exercera de 1975 à1983. Cette année-là, il rejoint la France où il est d’abord professeur d’arabe avant de devenir conteur en 1984. Depuis, il anime des veillées de contes où s’entremèlent le merveilleux des Mille et Une Nuits, la sagesse et le sourire. Il intervient également dans les bibliothèques, écoles, ou prisons. Autant de lieux où il anime des ateliers d’écriture, de création ainsi que des stages de formation à l’art du conte.

Layla Darwiche

Layla Darwiche est venue tout doucement et naturellement au conte, après des études en langue orientale et une expérience de la scène à travers les danses du Maghreb. Depuis huit ans maintenant, dans les lieux les plus divers, elle partage avec un public d’adultes ou d’enfants les histoires qui l’ont émue ou amusée.
D’origine libanaise, elle puise son répertoire dans les contes traditionnels du Moyen-Orient (Palestine, Egypte, Syrie), les Mille et Une Nuits et dans la mémoire familiale transmise par sa grand-mère « à la bouche fleurie » puis par son père. Fascinée par les contes de femmes, dévoreuses ou sages, sorcières ou ogresses, initiatrices et porteuses de vie, elle cherche sans relâche à trouver l’image juste, le mot vrai et à naviguer entre légèreté et gravité.
Depuis peu, la découverte de la place du conte dans l’apprentissage de la langue pour les non francophones lui ouvre un nouveau champ d’investigations

Najoua Darwiche

Bercée par la voix de son père, le conteur Jihad Darwiche et émerveillée par des nuits de conte à la belle étoile, elle été nourrie très tôt aux arts de la parole. Mais elle n’a pas voulu en faire son métier tout de suite. Elle a d’abord choisi d’explorer d’autres voies : études de cinéma, pratique du théâtre, administration de studios de répétition, organisation de concerts de musique,… 

Puis le conte est revenu dans sa vie avec le besoin viscéral de s’y jeter à corps perdu. Elle s’est formée au conte traditionnel auprès de Jihad Darwiche et s’est nourrie d’autres pédagogies comme la formation d’initiation de l’école internationale de théâtre Jacques Lecoq.