Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • Festival Contes en Hiver de la FOL

Festival Contes en Hiver de la FOL

Myriam Pellicane CAC Dimanche 20 novembre 16h Myriam Pellicane, conteuse Née à Tunis aux douze coups de midi, d’un père immigré sicilien et d’une mère issue de la pure campagne française, Myriam Pellicane a grandi en Algérie dans une famille itinérante (le père ayant pour tâche de construire des puits dans le désert). Arrivée à […]

Myriam Pellicane

CAC

Dimanche 20 novembre 16h

Myriam Pellicane, conteuse

Née à Tunis aux douze coups de midi, d’un père immigré sicilien et d’une mère issue de la pure campagne française, Myriam Pellicane a grandi en Algérie dans une famille itinérante (le père ayant pour tâche de construire des puits dans le désert). Arrivée à Paris, elle devient urbaine dans la cité de la Courneuve et de temps à autre s’échappe et s’improvise bergère, flânant entre légendaire chrétien et diableries. À l’adolescence, elle débarque à Lyon, capitale de la sorcellerie, ville carrefour, avec ses copines, elle monte un groupe punk (les Calamity Janes) avec lequel elle fera ses premières scènes dans les MJC locales. En 2000, elle devient conteuse. Après quelques créations solos, elle monte la Compagnie Izidoria. Depuis, elle explore l’oralité à travers la parole, l’engagement organique, la musique et le mythe. Au gré des rencontres, des voyages, des aventures partagées, elle réinvente sans cesse une tradition renouvelée, bousculée par les nouvelles cultures populaires. Entre préhistoire de l’avenir et science-fiction du passé, elle questionne les êtres, les choses, sur ce qu’il advient de nous, instant après instant. Myriam Pellicane raconte des histoires déstabilisantes, décapantes et charmantes. Sur la terre crue des histoires traditionnelles, Myriam Pellicane se livre à un mariage surréaliste du fantastique et de la modernité. Sa recherche se développe au sein du réseau national des Arts du Récit (aussi l’Afrique, le Québec, la Belgique), puis elle englobe toutes les pratiques populaires et les cultures urbaines : poésie, spoken-world, Kung-Fu, culture manga, rock, métal, gothique, musiques innovantes ou improvisées… Myriam Pellicane conte avec le public comme les enfants jouent avec des cartes, des passes magiques ou des balles : en comptant les points lumineux.

Le spectacle : HYENE

A travers les histoires de Leonora Carrington et le costume masque de Malika Mihoubi, la Pellicane revient chasser dans la réalité trouble et luxuriante de son adolescence. « Hyène » est une intrusion au milieu d’un plat de petits fours, un voyage juteux à travers les passions dangereuses où se mélangent humour, poésie et animalité gothique. Dans ce rituel intime, le monde y apparaît avec une précision hallucinée, il dissimule très mal l’odeur sauvage sous l’ammoniaque : magie animal, magie noire, l’ex-punk se décale pour mieux voir. Elle suit à la trace l’Hyène aux milles visages pour pratiquer l’outrage et le rêve orfèvre chez les Aristos-rebelles de tous poils. Ca parle des êtres humains, ça met le doigt sur leurs peurs, leurs conformisme, leur sentiment de supériorité, leurs afflictions, ça donne envie d’être libre.

http://www.izidoria.org