Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • FESTIVAL IBÉRO-ANDALOU Théâtre Federico, la colombe assassinée

FESTIVAL IBÉRO-ANDALOU Théâtre Federico, la colombe assassinée

CAC Séméac – Festival Ibéro Andalou – Vendredi 20 novembre  12€ ET 9€  Compagnie Théâtre du Jeu   Federico, la colombe assassinée    Genèse : Dans la vie d’un acteur dont le père réfugié espagnol ayant servi la résistance au Franquisme, l’acte de création à la source est incontournable. La volonté est de célébrer l’homme […]

CAC Séméac – Festival Ibéro Andalou – Vendredi 20 novembre  12€ ET 9€

 Compagnie Théâtre du Jeu

  Federico, lfederico1a colombe assassinée

  

Genèse : Dans la vie d’un acteur dont le père réfugié espagnol ayant servi la résistance au Franquisme, l’acte de création à la source est incontournable. La volonté est de célébrer l’homme qui ne se résigne pas en explorant une partie de l’oeuvre et de la vie de l’artiste avant-gardiste, Federico Garcia Lorca. De tenter de marquer pour être en résonance avec notre siècle, l’Espagne de 1936 où Lorca prit parti pour le peuple, les pauvres, et le paya de sa vie.

 Federico Garcia Lorca a laissé une oeuvre étincelante. Des pièces de théâtre, des chansons, des peintures et bien sûr une foultitude de poésies. Dans les yeux comme dans l’oeuvre de Federico Garcia Lorca, on voit le scintillement d’une comète lancée à toute allure. Poète surréaliste, sa clarté était envahissante.

 Le chantier : La création se fait autour de textes poétiques de Federico Garcia Lorca. Un personnage équivoque fait l’énoncé de la vie de Lorca avec une distanciation romancée et quelques fois comique. Il utilise pour ça un univers irréel et en même temps proche. Il demande au musicien qui résiste au jeu, de participer, interprétant comme dans une récréation enfantine, Preciosa la jeune fille errante, le taureau, les assassins, le curé. La dualité semble être la relation du clown blanc et de l’auguste. Mais comme toujours la position dominante peut être perdue et le jeu se termine dans l’arène.

 

L’adaptation : Après un travail de recherches, Michel Gomez écrit une pièce consacrée à la vie, l’oeuvre et la mort de Federico Garcia Lorca où se côtoient faits historiques et fictifs. Ont été choisies les poésies suivantes : Preciosa et le vent, A l’oreille d’une jeune fille, L’amour endormi sur le sein du poète, Retour de promenade, La blessure et la mort, Romance de la garde civile espagnole, Grenade en 1850. Nous avons privilégié certaines compositions de pierre Hossein et des musiques Lorquiennes.

 Le but : Nous tenterons de faire découvrir Federico Garcia Lorca au travers de son éclatante poésie en mettant en lumières l’homme intriguant avec sa souffrance à avouer son homosexualité quand les vengeances homophobes se drapent d’idéologie ou de morale religieuse. Nous évoquerons la politique qui par les moyens les plus extrêmes organise des massacres de masse et des crimes contre l’humanité.

 Nous traiterons l’engagement du bourgeois Lorca auprès des classes populaires. Ce spectacle aura les couleurs de l’humour et la nécessité de l’émotion. Nous faisons le pari du mélange des idiomes français et espagnol. Nous visons les publics de Collèges dès la 4ème et celui des Lycées. Dans le spectacle, des élèves pourront interpréter une ou deux scènes de La maison de Bernada Alba et Noces de sang.

 La pièce a une durée d’1h15 environ.

 « Toutes les choses ont leur mystère, et la poésie, c’est le mystère de toutes les choses. » Federico Garcia Lorca