Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • Hôtel des deux mondes

Hôtel des deux mondes

Compagnie Damona CAC samedi 28 janvier 20h30 Soirée théâtre avec la Compagnie Damona ( Tarbes 65) qui nous livre son interprétation de « L’hôtel des deux mondes » d’Eric Emmanuel Schmitt. Cinq personnages, dans le coma, entre la vie et la mort, se retrouvent dans un lieu étrange. Ils s’interrogent alors sur l’existence, l’amour et l’au-delà. L’auteur […]

Compagnie Damona

CAC samedi 28 janvier 20h30

Soirée théâtre avec la Compagnie Damona ( Tarbes 65) qui nous livre son interprétation de « L’hôtel des deux mondes » d’Eric Emmanuel Schmitt.

Cinq personnages, dans le coma, entre la vie et la mort, se retrouvent dans un lieu étrange. Ils s’interrogent alors sur l’existence, l’amour et l’au-delà.

L’auteur Réputé pour être l’un des auteurs français les plus lus dans le monde, Eric-Emmanuel Schmitt est diplômé de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm et agrégé de philosophie, une discipline qu’il a enseignée pendant plusieurs années. Tout bascule après l’expérience d’un voyage dans le désert du Hoggar où il rencontre la foi. Point de départ de sa carrière d’écrivain, il publie en 1991 sa première pièce, ’La Nuit de Valognes’ et rencontre un succès immédiat. Le jeune dramaturge s’impose véritablement en 1993 avec ’Le Visiteur’. Cette rencontre improbable entre Freud et Dieu lui permet de remporter trois Molières en 1994. Suivent alors de nombreuses pièces dont ’Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran’ ou ’Petits crimes entre amis’, qui suscitent à nouveau l’adhésion du public. Certaines de ses oeuvres sont adaptées à l’étranger et transposées au cinéma, avec Jean-Paul Belmondo, Alain Delon ou encore Omar Sharif dans les rôles titres. Parallèlement, depuis 1997, Schmitt écrit des romans comme ’La Secte des égoïstes’, ’L’ Evangile selon Pilate’ ou son ’Cycle de l’invisible’, avec tout autant de réussite. En 2007 sort le film ’Odette Toulemonde’ qu’il adapte lui-même d’après ses propres nouvelles. Eternel aventurier des domaines littéraires, maintes fois récompensé, Eric-Emmanuel Schmitt et son univers optimiste véhicule l’image d’un écrivain populaire, extrêmement présent sur la scène culturelle française.

Synopsis Un hall impersonnel en face d’un ascenseur. Hôtel ou clinique ? Non, nous ne sommes pas en enfer mais dans un lieu mystérieux qui accueille les hommes et les femmes entre la vie et la mort, tandis que sur terre, leurs corps perfusés, intubés, luttent dans le coma à l’hôpital. Ils se retrouvent miraculeusement indemnes en attente de l’issue du combat médical dans cet  » Hôtel des deux mondes  » où ils n’ont rien d’autre à faire qu’à papoter et à s’interroger sur leur vie, leurs regrets, leurs certitudes, leurs mensonges et sur la mort, bien sûr. Six personnages en quête d’espoir, redoutant que l’ascenseur ne les emmène vers un  » là -haut  » inconnu et terrifiant, attendent avec angoisse qu’il les descende  » en bas  » sur terre, signe de guérison. Ils tuent leurs craintes et le temps en papotant. dans ce huis clos, deux hommes et quatre femmes se retrouvent : une chef d’entreprise arrogante, égoïste, uniquement préoccupée de l’évolution de son capital ; un ancien commerçant devenu mage hindou, affable et philosophe ; un jeune homme, journaliste sportif, séduisant et pourtant dépressif qui vient d’arriver, victime d’un accident de la route ; une femme de ménage qui a trimé toute sa vie, n’a jamais eu de chance, pas même avec ses enfants et sait bien qu’elle n’a rien à attendre, mais le dit avec un humour chaleureux ; et, arrivée de la dernière heure, une ravissante jeune handicapée souffrant depuis sa naissance mais qui a toujours lutté pour sa survie et qui apporte, malgré son insupportable état physique, une note d’espoir lumineuse. Et puis le ’ docteur S ’, mystérieux responsable de l’hôtel, en fait simple  » passeur  » un peu psy qui, pourtant, aimerait parfois avoir un peu plus de pouvoir pour ceux de ses « clients » qui le mériteraient. ils vont nous faire réfléchir sur le sens de la vie, sur ce qu’on en fait, et sur l’après.

Cette pièce fut nommée sept fois dans le cadre des prix de la Nuit des Molières 2000.

Tarif A.

[scrollGallery id=41]