Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • SWING’ 65 AUTOUR DE DJANGO

SWING’ 65 AUTOUR DE DJANGO

CAC Samedi 12 avril 20h30 Quintet   Alain ESCAFFRE : Clarinette / Saxophones :   Alain se passionne pour la musique depuis son plus jeune âge. Après son étude classique de l’instrument ,il va multiplier les expériences et les aventures musicales. La musique constitue pour lui un formidable moyen d’échanges et de rencontres. Pendant de nombreuses années, […]

CAC Samedi 12 avril 20h30 Quintet

 

Alain ESCAFFRE : Clarinette / Saxophones :

 

Alain se passionne pour la musique depuis son plus jeune âge. Après son étude classique de l’instrument ,il va multiplier les expériences et les aventures musicales. La musique constitue pour lui un formidable moyen d’échanges et de rencontres. Pendant de nombreuses années, il va jouer dans des cafés concerts, ou au « Petit journal » à Paris, tout en participant à des « bœufs » avec des formations pro ou semi pro, tels les «Old Fashion Jazz band ( new Orléans traditionnel), Raphaël Fays ou plus récemment Lemmy Constantine.. Ces rencontres lui ont donné l’envie, tout en restant fidèle au style de son maître Sydney Béchet, de travailler et d’approfondir le style jazz manouche, faisant de lui l’un des piliers du groupe.

 

 

Arthur ANELLI ( guitare solo ) :

 

Guitariste autodidacte influencé par Django Reinhardt depuis son plus jeune âge, il a grandi sous l’inspiration du célèbre guitariste Marc Roger du groupe « Soleil Nomade »

 

( musique du film « La différence, c’est que c’est pas pareil » avec François Berléand et Clémentine Célarié ).
Après avoir multiplié les festivals dans le sud de la France, il vient d’être invité par Swig’65 comme soliste pour son concert au Celtic Pub , lieu musical incontournable de Tarbes, où il a obtenu un franc succès : son « feeling », ses improvisations pleines de joie de vivre et sa façon d’exposer de belles mélodies ont enthousiasmé le public . Voilà un jeunemusicien qui n’a pas fini de faire parler de lui !…

Paco DIAZ : Guitare – Chant :

 

Initié très jeune à la guitare par les « manouches » de Paris, il part ensuite en Amérique du Sud pour travailler les rythmes latins…De retour en France, ses talents de chanteur lui permettent de se produire dans les bars de jazz parisiens .Il devient à son retour le guitariste-chanteur du groupe toulousain « Pachamama », participant à de nombreux festivals du sud-ouest ( Africafolies, Real’croches, etc…)

 

En 2002, de retour d’un voyage d’études à Cuba, il rencontre le guitariste rythmique J.C Pique, avec lequel il fonde, aidé par le bassiste M.Olivares, le trio « Gypswing » qui se produit dans divers lieux musicaux du 65, retrouvant ainsi sa musique de prédilection.

 

Philippe PIERRE-HUERTA  : Contrebasse :

 

Pratiquant le violon dès l’âge de 8 ans, il se tourne vers la contrebasse à vingt ans et fait ses classes dans diverses formations, tout en travaillant l’instrument avec des « pointures » du jazz comme Jean-François Jenny-Clarke à Paris, ce qui lui permettra de participer à de nombreux festivals français ( « Banlieue Bleue » dans la capitale…) et européens ( Hollande, Portugal, etc.…) Loin d’assurer une simple « rythmique »,il sait se faire soliste pour se lancer dans de brillantes improvisations. Sa rencontre avec Swing’65 conforte son attrait de toujours pour le style convivial du jazz manouche , qu’il vient de confirmer récemment sur scène aux côtés du « grand »

Jean-Claude PIQUE : Guitare rythmique :

 

Découvrant la guitare à 20 ans à travers Brassens, les Beattles, et Narcisso Yepes, il travaille l’instrument en autodidacte, et joue dans des groupes d’étudiants se référant aux célèbres « Shadows ». Son premier choc lui viendra d’un disque de Django Reinhardt : il élargit alors son horizon vers la rythmique « manouche », puis le style classique et la bossa-nova. Après un long passage par le piano pour approfondir la musique de J.S Bach – référence bien connue pour les musiciens de jazz – il reprend l’instrument à six cordes en 1995 et travaille la guitare classique avec Denis Abbate et Pierre Hossein, et la guitare manouche avec « Doudou » Cuillerier, T.DiFilippo et Samy Daussat. En 2002, il crée, avec Paco Diaz et Michel Olivares, le groupe Gypswing qui accueillera notamment le violoniste Charles Roman, issu du quartet toulousain Latcho Drom

 

 

 

« C’est un retour aux sources du jazz « à la française » inventé  par
Django REINHARDT que  propose cette formation  pyrénéenne.
Musique conviviale dont l’énergie communicative emporte l’adhésion de tous les publics, elle est portée par le pupitre clarinette-saxophones et le  guitariste soliste , qui revisitent en priorité  les compositions du « maître ». Musique tantôt dynamique dans ses envolées rythmiques, tantôt lyrique dans les « ballades », on se surprend à son écoute à battre la mesure , à chantonner voire danser sur les airs de chansons françaises swing   et les standards du jazz international…
L’assise rythmique repose sur l’incontournable  contrebasse, qui sait aussi se faire soliste, et sur la guitare  rythmique, qui assurent la traditionnelle « pompe » propre au style , technique permettant de se passer d’une batterie . »
Pour plus de renseignement sur http://swing65.agendaculturel.fr