Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • TE DOY MIS OJOS Ne dis rien film d’Iciar Bollain

TE DOY MIS OJOS Ne dis rien film d’Iciar Bollain

CAC vendredi 28 février 20h30 Entrée libre Une nuit, Pilar décide de fuir le domicile conjugal avec son fils. Elle aime toujours Antonio, son mari, mais ne peut plus supporter sa violence à son encontre. Refugiée chez sa sœur, elle se reconstruit petit à petit mais reste incapable de partager avec sa famille ce que […]

CAC vendredi 28 février 20h30 Entrée libre

Une nuit, Pilar décide de fuir le domicile conjugal avec son fils. Elle aime toujours Antonio, son mari, mais ne peut plus supporter sa violence à son encontre. Refugiée chez sa sœur, elle se reconstruit petit à petit mais reste incapable de partager avec sa famille ce que lui fait subir son mari. Antonio, de son côté, tente de reconquérir Pilar, suit une thérapie et promet de changer prétendant enfin pouvoir contrôler sa colère. Reconquise, Pilar accepte de réintégrer le domicile conjugal mais ne compte plus perdre ce qu’elle a reconquis d’elle-même…

Dans ce film, Icíar Bollaín a voulu montrer la violence conjugale, la violence domestique, mais sans s’appuyer uniquement sur la seule réalité de la victime. En montrant également celle du conjoint violent qui se débat avec ses propres démons, elle a pris le parti d’exposer la complexité de cette relation. Sa volonté de ne pas montrer les scènes de violences physiques axe davantage le film sur le conflit intérieur des protagonistes. En effet, Antonio est déchiré entre son amour pour Pilar et la non maitrise de ses accès de colère et, pour Pilar, il est difficile de concilier son envie d’exister pour elle-même et sa soumission (ou dépendance) à son mari.

 

Un film grand public qui est devenu un support pour combattre la violence conjugale en Espagne.

 

La particularité de ce film est qu’il ne va pas seulement se contenter d’être un grand succès public en Espagne mais il va avoir ensuite  une sorte de “deuxième” carrière en devenant un vrai support pour lutter contre la violence conjugale qui est l’un des fléaux sociaux contre lequel l’Espagne s’est fortement mobilisée ces dernières années.

En effet, ce film remporta de nombreux prix (7 Goyas dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur et de la meilleure actrice) et fit il fit salle comble en Espagne où l’on est très sensible à cette question de la violence conjugale.

L’Espagne est un pays latin de tradition machiste et une certaine catégorie d’hommes ont continué à fonctionner sur ce schéma là, opposant violence physique et psychologique aux femmes qui partagent leur vie.

Mais cette violence que dénonce Icíar Bollaín dans son film en 2003 n’est plus acceptée dans l’Espagne d’aujourd’hui qui a fait, de la lutte contre la violence faite aux femmes, l’une de ses priorités avec, semble-t-il, succès. Depuis sa sortie, ce film sert désormais de support pour de nombreuses associations luttant contre la maltraitance des femmes

Le réalisme du film tient beaucoup à l’interprétation impeccable des acteurs qui collent parfaitement aux personnages autant par leur jeu d’acteur que physiquement  (Lluis Tosar et Laia Marull ), mais aussi par l’exigence assumée de Icíar Bolaín de faire un film quasi documentaire.