Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • Théâtre : ARLEQUIN poli par l’Amour, pièce de Marivaux, par la Cie « le Théâtre du Matin ».

Théâtre : ARLEQUIN poli par l’Amour, pièce de Marivaux, par la Cie « le Théâtre du Matin ».

Centre Albert Camus samedi 13 octobre ARLEQUIN poli par l’Amour, pièce de Marivaux jouée par la Cie « le Théâtre du Matin ». Arlequin poli par l’amour, un conte de fées qui se meut en conte politique cruel. Une épreuve initiatique. On y voit le parcours et l’évolution d’Arlequin confronté à la violence du monde sous la […]

Centre Albert Camus

samedi 13 octobre

ARLEQUIN poli par l’Amour,

pièce de Marivaux jouée par la Cie « le Théâtre du Matin ».

Arlequin poli par l’amour, un conte de fées qui se meut en conte politique cruel.
Une épreuve initiatique. On y voit le parcours et l’évolution d’Arlequin confronté à la violence du monde sous la forme d’une fée toute puissante et déterminée à assouvir son désir.

***

Arlequin surgit, masqué, costumé, parlant italien, mimant la colère, la faim, le sommeil. Puis, il s’endort, pendant que la fée et son valet Trivelin évoquent l’enlèvement du jeune homme. Trivelin reproche à la fée, promise à Merlin, de le trahir par amour pour un garçon qui n’a même pas toute sa tête. Quand Arlequin s’éveille, il offre en effet tous les signes de la plus parfaite stupidité, au grand désarroi de la fée. Mais la rencontre entre Arlequin – Frédéric Garces – et la bergère Silvia – Anna Mazzotti – change brusquement la donne. Touché par l’amour, Arlequin se découvre plein d’esprit, et il retire son masque. Les deux amants se lancent dans un marivaudage plein d’allégresse. Mercedes Tormo et la troupe du Théâtre du Matin restituent joliment, dans ce spectacle, l’esprit insolent et drôle des œuvres de Marivaux. A travers une histoire d’une grande simplicité, les comédiens revisitent les thèmes de la séduction, du pouvoir et de la liberté.

***

***

L’histoire:
Arlequin poli par l’amour, ou comment un imbécile voit son intelligence s’ouvrir grâce à l’amour…
Arlequin est séquestré par une Fée, tombée amoureuse de ce jeune et bel homme, qui se révèle pourtant bien rustre et peu futé.
Arlequin rencontre Silvia, une jeune bergère. Ils tombent amoureux, et voilà notre imbécile devenu sensible, fin, courtois, « poli » par l’amour.
Mais la Fée n’a pas dit son dernier mot. La jalousie lui inspire un plan machiavélique pour séparer les jeunes amants.

***

Une comédie « Arlequine »
Nous sommes ici en présence d’un objet hétérogène : un peu de féérie, de Commedia dell’Arte, de comédie d’intrigue à la française, de pastorale, de théâtre en musique, de chant… Tout cela constitue un mélange dramaturgique particulièrement excitant.
Derrière cette Commedia dell’Arte aux allures de conte de fées, c’est aussi une histoire de passage, passage du monde d
e l’enfant à celui de l’adulte, passage de l’inconscience à la raison, et une réflexion plus politique sur le pouvoir et la soumission.
Douloureuse sortie de l’enfance que celle de ces tout jeunes amants, exposés aux pouvoirs absolus d’une femme animée par la jalousie et la colère. Manipulation, duperie et cruauté mentale menacent la fraîcheur et la spontanéité des jeunes amours.

***

 

 

Entrées : 12€ et 9€