Vous êtes ici :
  • Accueil
  • /
  • VORTEX en partenariat avec LE PARVIS

VORTEX en partenariat avec LE PARVIS

Vortex Phia Ménard / Cie Non Nova Mer 3 Décembre 2014, 20:30 Centre Léo Lagrange, Séméac. C Un spectacle saisissant de Phia Ménard sur sa métamorphose, où trous d’air et dépressions font valser ensemble le cirque et la danse. Phia Ménard est une jongleuse, mais pas au sens où on l’entend généralement. Au cœur de son travail, il y a toujours […]

Vortex

Phia Ménard / Cie Non Nova

Mer 3 Décembre 2014, 20:30 Centre Léo Lagrange, Séméac. C
Un spectacle saisissant de Phia Ménard sur sa métamorphose, où trous d’air et dépressions font valser ensemble le cirque et la danse.

Phia Ménard est une jongleuse, mais pas au sens où on l’entend généralement. Au cœur de son travail, il y a toujours l’idée de transformation, de mutation. Pour traduire ce processus, l’artiste jongle avec des éléments qui sont difficilement manipulables et, surtout, qui peuvent eux-mêmes se transformer, changer d’état : ce sont les éléments physiques. En 2008, nous avions accueilli P.P.P. (Position parallèle au plancher), un spectacle singulier et extrêmement puissant où Phia Ménard dansait sous un plafond de glace qui progressivement se mettait à fondre. Avec Vortex, la glace fait place au vent et c’est sur une scène circulaire entourée d’une vingtaine de ventilateurs, actionnés avec plus ou moins de puissance, que l’artiste prend place. Assiégée par des objets dont elle a perdu le contrôle, Phia Ménard va mener un combat ubuesque pour ne pas être domptée par le cyclone. Tous les objets – sachets plastiques, rubans, voiles – prennent vie et dansent au-dessus de la scène. Arpentant le plateau au milieu de ces objets volants, Phia Ménard s’en remet à la nature et aux mouvements browniens qui se manifestent. Les couches de matière qui la recouvrent sont elles-mêmes aspirées par le vent qui commence son œuvre. Le combat est passionnant, un combat humain pour changer de peau et continuer de vivre. Au fil de ces épreuves successives (douloureux arrachages de peaux) où, pris par le vortex, on passe véritablement d’un corps à l’autre jusqu’à voir apparaître le dernier, le plus simple et le plus nu.
Dans cette fable charnelle, la peau devient membrane sensible des émotions les plus enfouies. Bouleversant !